Arnaud, à la vacation de 4h30:

« Je m’apprête à bricoler parce que hier, mon chariot de têtière de Grand-Voile s’est désolidarisé du mât. J’attendais que le vent et la mer se calment pour pouvoir faire quelque chose. Je pensais pouvoir le faire au petit matin mais il faut que j’attende le moment opportun pour descendre la Grand-Voile entièrement et changer le chariot.

Hier soir, une fois que le front est passé, je pensais qu’on avait fait le plus dur, il y avait beaucoup beaucoup de mer mais pas tant de vent que ça. Là, il y a 25 nœuds, j’avance à 16 nœuds, il y a encore pas mal de vagues. Le pied de mât est sous l’eau… il faut que je trouve le bon moment. De toute façon, je vais ralentir, au pire j’abattrais pour faire ça dans les bonnes conditions. C’est le chariot de têtière de grand voile, là où à la fois il y a la drisse et la tête de la voile. Ce sont des chariots à billes, des chariots en rabes, j’en ai, avec des billes neuves et tout, j’attend de descendre tout ça pour voir comment c’est. J’espère que ça n’a pas endommagé le rail, j’ai tendance à me dire que non, comme ça, ça me rassure ! Je le saurais qu’une fois que j’aurai changé le chariot et re-hissé la GV. C’est arrivé hier, après trois empannages, peut-être le dernier empannage était un peu violent mais je n’ai pas entendu le bruit. J’ai regardé un peu partout puis j’ai vu que la Grand-Voile avait une drôle de tête.

J’ai 2 ris et J3. C’est arrivé quand j’étais sous 2 ris et J2.

Je t’avoue que j’étais surpris par la mer. Au final, j’ai eu un petit plus que 40 nœuds, pas plus que ça, mais c’est la mer qui a généré; c’était plutôt surprenant et inconfortable. Je sais que demain matin, ça mollit encore mais je ne sais pas comment je vais faire… continuer encore comme ça 24 heures ? je ne sais pas. Dès qu’il y a de la molle, je ferai quelque chose.

C’est un peu pénible, l’incertitude, de ne pas savoir comment c’est foutu. Tant que je ne l’aurais pas descendue, je ne saurais pas comment faire. Le problème c’est que là il y a 30 nœuds et que j’avance à 19,4 nœuds. Là, c’est voué à l’échec donc je vais temporiser.  »

Depuis cette vacation, Arnaud est parvenu à remplacer le chariot cassé !